UN PETIT PAS POUR TOI, UN GRAND PAS POUR L’EUSKARA !

KOLDO 25 Oct 2018,
UN PETIT PAS POUR TOI, UN GRAND PAS POUR L’EUSKARA !

Nous nous engageons cette année aussi à faire un bond en avant, notre objectif étant d’offrir à la jeunesse des outils d’organisation et de lutte dans différents secteurs de revendication.

Afin d’y arriver, notre devoir est de travailler dans la continuité du travail mené l’année dernière en vue d’un mode de fonctionnement répondant aux nouveaux modèles de militance ainsi que mode d’engagement de chacun.Nous considérons les problématiques liées a la langue basque, le logement ainsi que le féminisme comme prioritaire. Avec une optique de création, nous allons passer de la dénonciation a un véritable apport de la jeunesse en vue de la construction de notre pays. Donnant suite au printemps féministe de l’année dernière, le groupe féministe d’Aitzina va entreprendre un travail de socialisation du protocole contre les agressions sexistes. Les lutte contre la spéculation immobilière qui rend et la construction d’un projet de vie digne pour le jeunesse e la duPays Basque sera également à l’ordre du jour.

Cette année, l’impulsion d’initiatives novatrices axé sur l’euskara sera notre but principal. Au-delà du travail mené sur la problématique de l’euskara, nous avons l’intention de nous opposer avec fermeté au service militaire qui nous sera imposé ; de revendiquer les droits des peuples à l’occasion du G7 organisé à Biarritz.

Une forte mobilisation citoyenne et entrevue cette année autour de la langue basque. Les dynamiques Euskaraldia et Korrika auront une grande importance lors cette nouvelle ére de revitalisation de l’euskara. Du point de vue de la jeunesse, tout en tenant compte de différentes réalités du pays basque nord, il est essentiel d’agir en faveur d’une activation citoyenne autour des droits des bascophones. En Pays Basque Nord, nous sommes des citoyen de seconde zone. Les contraintes sont incalculables lorsque nous nous référons à notre droit de parler basque au jour le jour dans l’éducation, les loisirs, la culture, le monde du travail… Au même titre que nous rejetons toutes discriminations de race, genre ou orientation sexuelle, nous n’accepterons d’être discriminés en tant que locuteur d’une langue non-officielle. L’euskara doit être la langue qui à l’avenir nous rassemblera, une langue qui permettra à toute personne venant vivre au Pays Basque de s’y enraciner. L’Euskaraldia engendrera une prise de conscience et de confiance en vue de la transformation de nos habitudes linguistiques. En effet, nous locuteurs nous avons du pain sur la planche. En outre, enfin que le souhait de vivre en basque devienne réalité, des politiques linguistiques plus audacieuses sont primordiales. Nous saluons les reconnaissances de l’euskara à valeur symbolique. Néanmoins, les institutions sont en capacités de faire plus en ce sens. Avancer sur la voie de la reconnaisance officielle de l’euskara n’est qu’une question de volonté.

En premier lieu, nous allons mettre en marche la campagne dénommé « c’est votre faute ». Bon nombre de fautes d’euskara figurent sur les panneaux de signalisation de nos villes et villages. Ceci peut paraître un détail, mais la reconnaissance -dans ce cas le mépris- publique de l’euskara est en jeux. Ces derniers jours, l’affaire de la traduction automatique du panneaux du centre de Donibane-Lohizune est un exemple criant de cette injustice. Nous allons lister ces panneaux où figurent des fautes, signaler les communes où la situation est la plus fréquente et proposer une série d’action qui exigera la correction complète des panneaux. Nous appelons la jeunesse à nous envoyer des photos des panneux et à participer au mobilisation à venir.

Les panneaux signalisations ne seront pas notre seul axe de travail. Lors prochains mois nous allons multiplier les actions de désobéissance qui auront pour but de rendre visible les difficultés des locuteurs basques. En prélude de l’Euskaraldia nous allons proposer diverses formations dans les gaztetxes. En fin, nous continuerons à construire des espaces priviliégiés pour l’euskara au sein de la jeunesse en ce souciant en particulier des jeunes souhaitant apprendre l’euskara.

Nous faisons notre rentréé sous le slogan « un petit pas pour toi, un grand pas pour l’euskara ». L’euskara est un plus pour chacun et chacun est un plus pour la communauté des euskalduns. La lutte nous rassemblera !

Vive la jeunesse basque !